2018-04-25 19:34:28

La Seconde Guerre des navigateurs

Avec le déclin de Netscape Communicator en raison des installations forcées de Internet Explorer depuis Windows 95, l'intégralité du code de Netscape a été mis open-source, et son développement a été placé sous le contrôle d'une nouvelle organisation à but non lucratif, la Fondation Mozilla, alors que pendant ce temps, Netscape Communications Corporations avait été racheté par American Online et continuaient le développement d'une version de Netscape taillée pour les utilisateurs AOL. Ainsi, la Fondation Mozilla a réengagé les développeurs primaires de Netscape pour continuer le navigateur.

La suite Netscape par Mozilla était aussi impopulaire, jusqu'à ce que Mozilla décide de faire une version avec le navigateur seulement. La première version de Firefox apparaît ainsi le 9 novembre 2004 et prend de la popularité avec de nouvelles fonctions uniques comme une barre de recherche séparée et une nouvelle performance inégalée comparativement à Internet Explorer. Firefox, successeur de Netscape, devient navigateur universel de facto de Linux et devient très populaire, même chez les utilisateurs Windows.

Microsoft réplique ainsi par l'ajout du support pour de nouvelles applications web dans Internet Explorer avec XAML ou WPF.

Mozilla et Opera Software répliquent avec la création d'un bureau pour les standards, le WHATWG, et ses standards s'appliqueront au Consortium du World Wide Web.

Finalement, avec la pression de multiples groupes, tous les navigateurs essaient de suivre les standards notamment avec une augmentation de l'importance de AJAX et des scripts interopérables.

Microsoft se plie aux règles, mais reste de loin le navigateur qui respecte le moins les standards, et continuera à forcer Internet Explorer comme un système nécessaire dans Windows, et lancera plusieurs versions plus sécuritaires.

La compagnie Opera Software décide de faire de son navigateur un navigateur gratuit comme les autres, auparavant étant un navigateur commercial payant. Ainsi, depuis ces temps jusqu'à nos jours, ils essaient d'être les premiers à avoir de nouvelles fonctions. Ils étaient notamment les premiers à travailler avec des onglets ou BitTorrent. Leur navigateur Opera est multi-plateforme: il fonctionne même avec Nintendo DS et Nintendo Wii, mais est principalement sur Windows. Cependant, malgré leurs innovations, ils ne resteront qu'un joueur minuscule que les géants vont copier.

Plus tard, Microsoft décide de régresser un peu sa position:

Finalement, après une nouvelle décision du PDG de Microsoft, Internet Explorer redevient gratuit pour toutes les installations de Windows, et passe enfin le test Acid2, un test d'interopérabilité qui avait été réussi par tous les autres depuis des décennies.

Cependant, avec l'addition de nouvelles fonctions comme les accélérateurs, Internet Explorer fait le pire score dans le test Acid3, de 20/100.

Mozilla Firefox, pendant ce temps, intègre de nouvelles fonctions comme la capacité de travailler nativement avec les images, les sons et les vidéos. Ceci améliore grandement la position de Firefox dans le marché.

L’avenue de WebKit: KDE, Safari et Chrome - la Troisième Guerre

Apple choisit finalement de faire son propre navigateur et choisit de se baser sur KDE Conqueror, un navigateur peu connu et quasiment mort. Un grand avantage était sa propreté dans le code et sa petite taille dans les disques durs.

Ainsi, Apple crée le navigateur Safari, disponible sur tous les Macs et Windows. De plus, Safari respecte tous les standards.

Pendant ce temps, le standard Flash se développe et tous les navigateurs choisissent de l'adopter.

Avec l'avènement d'Android, les sites deviennent compatibles avec mobile, mais Flash ralentit considérablement les navigateurs sur Android.

AOL-Netscape a finalement définitivement tué son navigateur et encourage les utilisateurs à utiliser Firefox.

Google se basera aussi plus tard sur Safari pour faire son propre navigateur: Chrome, après que Apple ait laissé à Google le contrôle sur Windows.

La popularité de Chrome augmentera jusqu'à écraser tous les autres navigateurs, incluant Internet Explorer et Mozilla Firefox, le navigateur étant dominant jusqu'à présent.

Avec le grand nombre de mises à jour, Mozilla Firefox devenait de plus en plus lent, et donc les utilisateurs ont délaissé Firefox.

La fin de la guerre, mais les batailles continuent

Mozilla Firefox reste pourtant très proéminent, particulièrement sur Linux.

Avec l'avènement de HTML5 et CSS3 les navigateurs essaient de se mettre à niveau le plus rapidement avec les nouvelles performances. SVG et les vidéos HTML5 deviennent plus fréquents, et Microsoft a été le premier à s'adapter. Mozilla Firefox devient le navigateur le plus personnalisable. Google Chrome devient beaucoup plus populaire.

Une quatrième guerre?

Mozilla Firefox subira ensuite une cure de rajeunissement avec Firefox 59 et Internet Explorer deviendra Microsoft Edge. Opera choisit de s'adapter avec le moteur WebKit de Google et de Apple. La part de marché de Google Chrome change drastiquement mais reste toujours le plus populaire (maintenant 64% selon StatCounter). Les navigateurs semblent essayer de se compétitionner entre eux. Ceci reste à voir…